Rechercher

Salta et sa douceur de vivre


J’avais arrêté le récit de notre aventure à Asunción, avant de vous écrire un article un peu plus original sur les applications que j’utilise en voyage. Il est donc temps de vous replonger au cœur de notre itinéraire en vous dévoilant la destination suivante : Salta. Salta et ses paysages, Salta et son charisme, Salta et sa douceur de vivre... Un retour en Argentine, après quelques jours au Paraguay, mais cette fois-ci sur le front nord du pays. Un environnement beaucoup plus montagneux, sec et froid.



Le nord de l’Argentine est effectivement connu pour ses vallées en relief et ses hauts plateaux causés en partie par les Andes, la plus haute chaîne de montagnes d’Amérique. La province de Salta ne déroge pas à cette particularité, située à plus de 1100 mètres d’altitude aux pieds de la cordillère.


Bordée au Nord par la Province de Jujuy et par la Bolivie, et à l’Est par le Paraguay, Salta était pour nous en plus d’être une étape stratégique du roadtrip, une excellente occasion de tester doucement nos réactions face à l’altitude... Souvenez-vous, je vous parlais du soroche, le mal des montagnes, dans mes premiers articles. Un mal auquel nous n'avons pas encore eu affaire, et qu'il est temps selon nous de mettre à l'épreuve !




RETOUR EN ARGENTINE : ITINÉRAIRE ET PÉRIPÉTIES


Nous sommes au Paraguay, et pour atteindre Salta depuis Asunción, il n’existe pas plusieurs solutions. Il faut opérer un détour par Clorinda, ville frontalière entre le Paraguay et l’Argentine, puis redescendre à Formosa pour enchaîner avec environ 15h de bus vers Salta. Pourquoi ? Parce que Clorinda possède un poste-frontière, et parce que Formosa est la ville la plus proche qui possède une route empruntable jusqu’à Salta. Vous retrouverez les détails pratiques de l’itinéraire plus bas (moyens de transport, prix des billets, etc.).


Petit disculpe. Je m'excuse au cas où vous auriez perdu le fil de notre roadtrip, – étant donné le temps que je mets à publier entre les articles – mais retrouvez ici notre itinéraire complet jusqu’à présent. Et précisons que toutes les photos et vidéos de l'article ont été prises avec des portables uniquement, veuillez excuser leur qualité. Puis vous savez quoi ? Ça fait du bien de poster quelque chose d'un peu moins travaillé, d'un peu plus brut et spontané.




Petite anecdote avant de rentrer dans le récit de la découverte de Salta ! Le premier arrêt à la frontière entre les territoires paraguayen et argentin mettra environ 1h à se faire. Nous transportons un drone avec nous, et les agents de douane suspectent un passage de produits illicites. Du moins, c’est ce que nous pensons.


Ils fouillent nos sacs, se penchent sur le drone, nous posent toutes sortes de questions… Nous devrons prouver que le drone possède bel et bien des traces d’usage afin qu’ils nous laissent repartir. Aussi, je ne peux que vous conseiller après ça, d’avoir sur vous des preuves que vos biens, sont bien vos biens (par exemple, une facture d’achat française en photo). Nous roulerons ensuite toute la nuit de Formosa jusqu’à Salta, d’environ 17h jusqu’à 9h le lendemain.


Arrivés dans la province de Salta, ce sont de magnifiques montagnes vertes et boisées qui nous accueillent, mais également des températures beaucoup plus froides. Nous ressentons immédiatement le changement d’atmosphère, l’impression que l’air se fait plus frais et plus vif. Mais les paysages sont magnifiques, et ils valent totalement le ressenti.




CARNET PRATIQUE : DE ASUNCIÓN À SALTA


Les compagnies de bus :

  • De Asunción à Formosa : El Pulqui

  • De Formosa à Salta : Flecha Bus


Prix des billets :

  • De Asunción à Formosa : 500 ARS par personne (soit environ 7€)

  • De Formosa à Salta : 2090 ARS par personne (soit environ une trentaine d’euros)


Temps de trajet :

  • De Asunción à Formosa : un peu plus de 2h

  • De Formosa à Salta : 15h – 16h


Réservations :


Formalités pour le passage aux frontières :

  • Je ne l’avais jusque là pas préciser, mais ayez toujours sur vous un pourboire liquide pour le remettre aux « bagagistes » du bus. Ce sont des personnes qui se chargent de mettre vos bagages dans la soute, et qui vérifient vos billets. Que vous soyez aptes à porter et ranger vous-même vos affaires ou non, ce n’est pas à vous de le faire. Ils se tiennent près du bus et ne vous demandent pas votre consentement. Ayez juste de quoi les payer.

  • Une preuve de l’achat de vos biens électroniques pourrait être utile.



SALTA ET SA DOUCEUR DE VIVRE


Puisque Salta se trouve nichée dans une vallée, nous arrivons par une route qui surplombe la ville. Nous dominons les toits, les places et les habitants de Salta depuis le bus. Et sans grande surprise, nous apercevons des télécabines au-dessus de la ville faites pour rejoindre les monts embrumés qui l’entourent.




Peu à peu, la route redescend et nous arrivons au cœur de Salta. Une ville aux allures typiques incas avec ses places carrées et ses grandes architectures en pierre. Notre priorité n’était pas de la visiter scrupuleusement. Ni ses musées, ni ses cafés ou encore ses églises, mais en nous hasardant un peu dans ses rues pentues, il faut admettre que Salta possède son charme.


Notre airbnb à Salta

On voit dans les ruelles, beaucoup de maisons basses, dotées de patios à colonnades, donnant sur des petites pelouses. À l’image de quartiers résidentiels. Beaucoup de verdure présente, d’enfants dans les rues, et de chiens errants. Le genre d’atmosphère et d’ambiance que j’associe à présent pleinement à l’Amérique du sud : une grande douceur de vivre.


Les affaires déposées au Airbnb, ni une ni deux, nous voilà dehors en reconnaissance. Nous nous retrouvons en plein milieu d’une cérémonie officielle près del Monumento General Martín Miguel de Güesmes – située juste à côté des musées anthropologiques de Salta –.


Une très jolie place, spacieuse et empreinte d’histoire. Je ne saurai vous dire de quel genre de cérémonie il s’agissait exactement, mais cela nous a permit de voir tous les différents uniformes et les différents grades liés à la sécurité du pays.






Autre particularité ? En nous promenant, je suis frappée au détour de toutes les ruelles par un street art omniprésent. L’avantage de se balader au gré de ses envies, de « flâner » dans les villes qu’on ne connaît pas, est de se retrouver dans des rues un peu excentrées, et de tomber sur de jolies surprises. J'ai peu de photos parce qu'il pleuvait les jours où nous sommes restés sur place, mais il y avait énormément d'oeuvres peintes sur les murs.






Les façades revêtent de très jolies couleurs rythmées par le street art, mais la première attraction de Salta reste tout de même son téléphérique. À prendre depuis le Parque San Martín, et qui permet d’accéder à un point de vue particulièrement impressionnant en dominant la ville entière : el Cerro San Bernardo. En 8 minutes, vous vous retrouvez au sommet des montagnes qui bordent la ville.


Et pour les plus audacieux, vous pouvez également vous rendre au sommet de la colline à pied, en prenant le sentier près du monument à Güemes. Le téléphérique sert de desserte entre la ville et les monts qui l’entourent, mais le paysage vaut le coup de prendre son temps à pied. En arrivant au sommet, c’est une bouffée d’air frais garantie ! Bien que rester dans le creux de la vallée reste tout aussi beau. Partout où l’on regarde en hauteur, on y devine et y distingue des monts boisés à travers la brume.



En ce qui concerne les restaurants, bars ou cafés, je ne saurai vous conseiller puisque Salta était notre cocon pour recharger les batteries et se reposer tranquillement avant de repartir. Nous avions décidé de faire des courses et de cuisiner durant nos 2 jours sur place. Mais sachez que Salta regorge évidemment de lieux de restauration ! De quoi bien manger pour peu cher.


En ce qui concerne d’autres activités, je ne peux que vous recommander el Tren a las Nubes, « le train vers les nuages ». Le légendaire train voyageur qui vous emmène faire l’ascension de la multicolore Quebrada del Toro, en passant par plusieurs autres sites incroyables, avant de traverser un viaduc à plus de 4000 mètres d’altitude ! Malheureusement les trajets ne sont proposés qu’à partir de Mai, et pour une période donnée. Nous n’avons pas eu l’occasion de le faire, nous y étions en Mars, mais je vous le « recommande » tout de même, parce que l’expérience a l’air folle !



CONCLUONS SUR SALTA


Malgré le peu de temps passé sur place, Salta valait largement que je lui dédie un petit article intermédiaire. Elle est selon moi une ville au potentiel intéressant – en partie dû à son magnifique cadre – que j’aurai aimé découvrir davantage.


Je n'avais pas prévu d'écrire à son propos – ce qui explique le peu de documentation –, mais elle fait partie intégrante de notre voyage, et mon but est d'arriver à poser par écrit toutes mes aventures. Et puis, je dois avouer que publier un article un peu plus inattendu pour moi-même, me fait du bien aussi. Je revis chacun des instants passés là-bas à chaque fois que je vous écris.


En tous les cas, même si notre séjour sur place n'était pas bien long, s’y arrêter quelques jours pour nous reposer nous aura fait un grand bien. En quittant Salta, nous sommes disposés, détendus et frais pour notre prochaine destination, l’une de mes favorites du roadtrip ! Que je ne voulais pas trop vous dévoiler sur Instagram avant d’en parler ici. Toujours en Argentine, une merveille du continent… à lire dans le prochain article !



N'hésitez pas à laisser vos impressions ou vos questions,

je vous attends dans les commentaires, ou sur Instagram,


Lili



PIN IT :



Tags : #Argentine #Salta

119 vues0 commentaire