Rechercher

La traversée des Andes : vers la Quebrada de Humahuaca, la montagne aux multiples couleurs

Planté sur les hauteurs des Andes, un air de bout du monde ourlé de criques magiques et de nuances multicolores. La Quebrada de Humahuaca promet une échappée au delà des espérances. Une formation géologique insolite, à couper le souffle !




Sommaire

  • De Salta vers Humahuaca

  • Carnet pratique : de Salta vers Humahuaca

  • Découverte de Humahuaca & de ses environs : El Mirador de la Peña Blanca (un lieu qui vaut le coup d'oeil, promis !)


  • Carnet pratique : se rendre à la Serranía de Hornocal

  • El Hornocal, la montagne aux 14 couleurs (par ici, pour en prendre plein la vue !)

  • Pourquoi vous devriez vous y rendre



DE SALTA VERS HUMAHUACA


En quittant Salta, nous avons déjà notre itinéraire en tête. Nous souhaitons remonter encore plus au nord de l’Argentine afin de profiter au maximum des paysages andins depuis la province de Jujuy, une des régions frontalières avec la Bolivie. Le but étant notamment, d'aller observer au plus près l’étrange formation géologique qui traverse les hameaux de la région : la pittoresque Quebrada de Humahuaca.


La Quebrada de Humahuaca a été déclarée Patrimoine Culturel et Naturel de l’Humanité en juillet 2003, par l’UNESCO. Il s’agit d’un immense canyon, ou plutôt d’une immense gorge longue de 155km, qui abrite de nombreuses chaînes de montagnes dont les aspects multicolores érodés avec le temps, offrent un spectacle fascinant.


La Quebrada de Humahuaca


D'entre toutes les formations colorées observables de la quebrada, nous avons eu la chance d'approcher la Serranía de Hornocal, la chaîne de montagnes aux 14 couleurs — dont je vous parle plus bas —, depuis un spot d'observation populaire situé à seulement 25km d'Humahuaca, où nous avions choisi de séjourner durant 3 jours.


Humahuaca est l'une des villes-escales prisée par les touristes lors de leur passage dans la région de Jujuy. Elle fait partie du tryptique Purmamarca / Tilcara / Humahuaca. Des villes longeant la fameuse quebrada, jusqu’à La Quiaca — un point de passage essentiel vers la Bolivie, que nous emprunterons bientôt — où les hôtels, auberges et comedors — de petits restaurants familiaux — sont bien nombreux.



Plafonnant aux alentours des 3000m d'altitude, Humahuaca nous semblait être la transition idéale pour nous acclimater, avant d'atteindre la Bolivie et ses 4000 à 6000m d'altitude, afin d'éviter le mal des montagnes.


CARNET PRATIQUE :

DE SALTA VERS HUMAHUACA


La compagnie de bus :

  • De Salta à Humahuaca : Bus Balut


Prix des billets :

  • 510 ARS par personne (environ), soit moins de 7€


Temps de trajet :

  • Environ 4h30 de trajet


Réservations :



DÉCOUVERTE DE HUMAHUACA & DE SES ENVIRONS :

EL MIRADOR DE LA PEÑA BLANCA


Nous arrivons à Humahuaca par la RN 9. Une route qui serpente le long de la quebrada, nous offrant une superbe vue sur les montagnes. Nous sommes en première ligne d’un bus à double étage et de nos places, les paysages sont encore plus impressionnants ! Petit tip, préférez toujours les places en haut et à l'avant d'un bus à double étage si vous souhaitez profiter de jolies vues sur la route.


Humahuaca se situe dans une vallée à l’aspect désertique. Il y règne un petit air de far west hollywoodien. Un décor aride. De nombreux cactus présents dans le paysage. Et la poussière au sol qui révèle le passage de la foule. Je me souviens avoir immédiatement ressenti le manque d’oxygène dû à l’altitude, au premier pas posé en dehors du bus. L’impression de prendre une grande bouffée d’air, et de ne pouvoir en aspirer que la moitié. Quelle sensation pénible ! Quand le moindre effort devient une épreuve. Comme devoir tirer sa valise jusqu’à l’hôtel – El Sol Hostel y Posada – pourtant situé à seulement 1,5km de la gare routière...


Plaza Sargento Gomez, Humahuaca



Une première observation : Humahuaca est photogénique. Elle marque une grosse cassure dans un relief rocheux, et s’adapte pourtant très bien au paysage. Elle est entourée de points de vue fascinants et de paysages propices à l’exploration ! À condition de se prêter un minimum au jeu de l’escalade. Nous nous renseignerons le lendemain, et nous mettrons d'accord pour rejoindre el mirador de la Peña Blanca, un belvédère situé dans les environs. Je vous épargne le récit de nos nombreux allers et retours en ville, bien que je vous le conseille fortement. Déambuler à pied dans Humahuaca est une réelle partie de plaisir grâce à ses ruelles pavées et colorées, ainsi qu'à ses nombreux commerces artisanaux.


Il est 10h passé le matin quand nous entamons notre exploration minutieuse vers le mirador. Nous souhaitons éviter de nous retrouver avec d’autres voyageurs et excursionnistes pour avoir le privilège d'explorer et de photographier librement le spot déserté. Nous prenons l’Avenida Ejército del Norte, une route en terre extrêmement pentue située à 800m de notre hôtel, qui nous mènera directement sur le chemin de randonnée de la Peña Blanca.



La route est rude à cette altitude, mais avec de la persévérance – et disons-le, une bonne pause en plein milieu du trajet – nous arrivons enfin au spot tant attendu. À quelle altitude sommes-nous ? Je l'ignore, mais l'air se fait de plus en plus vif à mesure que nous avançons, et les paysages de plus en plus beaux.


Vue sur les montagnes, le long du sentier de la Peña Blanca


Les différents points de vue qu'offre le sentier sont incroyables. Bien au-delà de nos espérances ! Ils valent largement les efforts dus à la montée. Quelques touches de verdures, des montagnes rosées par les éclaircies du matin, et les bruissements des insectes. Rien d'autre.





Après avoir exploré un peu les alentours, nous prenons autant de hauteur qu’il est possible d’en reprendre. Nous grimpons, là où les roches nous le permettent et la ville s’étend peu à peu sous nos pieds à l’image d’une maquette. Les montagnes qui la surplombent au loin semblent encore plus imposantes qu'elles ne l'étaient déjà.



Je ne sais pas pour vous, mais lorsque je découvre des endroits qui me laissent sans voix, j’aime y rester des heures et des heures. Le temps s’arrête. J’observe. J’écoute. Je respire lentement, et j'aime me laisser porter par le moment. Avez-vous déjà connu un tel luxe ?



CARNET PRATIQUE :

SE RENDRE À LA SERRANÍA DE HORNOCAL

Vers 14h, nous décidons de nous rendre à l’Hornocal, la fameuse montagne aux 14 couleurs. Nous avons mangé dans l'un des restaurants le long de l’avenida Coronel Arias, avenue où se trouvent la plupart des comedors. Les plats proposés y sont locaux et appétissants, mais pour beaucoup à base de lama. Avis aux curieux ! Bien que très peu pour moi je vous l'avoue...


Il est possible d’accéder au belvédère donnant sur l'Hornocal à pieds, depuis Humahuaca, mais notre excursion de la matinée au mirador nous aura prouvé que l'altitude demande beaucoup d'énergie, qu’il vaut mieux ne pas forcer avec les efforts physiques, voire même arrêter toute activité au besoin. Et qu'il est toujours préférable d'écouter son corps. L’option qui se présente donc à nous est de trouver un chauffeur qui veuille bien nous y emmener.



Où trouver les chauffeurs pour vous emmener au point de vue sur l'Hornocal depuis Humahuaca :

  • Suivez les panneaux plantés en ville qui indiquent HORNOCAL, ils mènent près du pont perpendiculaire à l’avenida Coronel Arias où stationnent plusieurs 4x4 et pickups dont les chauffeurs – sans licence – marchandent l’excursion vers l’Hornocal


Prix de la montée :

  • Variable en fonction de la saison, nous en avons eu pour 300 ARS (stationnement compris) par personne, soit l’équivalent d’un peu moins de 5€ par personne

  • Pensez à marchander, vous pouvez en avoir pour moitié moins


Prix du stationnement une fois arrivés au point de vue :

  • 20 ARS par personne

Autres formalités :

  • Les chauffeurs n’embarquent qu’à condition que vous ayez former un groupe de 4 personnes pour vous rendre au point de vue

  • Comptez environ 2 bonnes heures, voire 3 pour l’expérience dans sa globalité

  • Prenez de quoi mangez et surtout boire, l’altitude est de plus en plus forte au fur et à mesure que vous approchez du point de vue, l’activité se fait rude même en restant assis dans une voiture


Photos du pont perpendiculaire à l’avenida Coronel Aria



EL HORNOCAL, LA MONTAGNE AUX 14 COULEURS

Nous prenons la route à 5 : nous deux, 2 demoiselles originaires d’Australie et des États-Unis, ainsi que le chauffeur. Nous passons en premier lieu par des petites routes encombrées, puis à mesure que nous nous éloignons de la ville, le parcours monte et serpente de plus en plus dans la vallée.


La route est rocailleuse, glissante et dangereuse. Vous ne le remarquez peut-être pas bien, mais les virages sont nombreux, et il n’y a aucune barrière de sécurité. Les roues du 4x4 dérapent sur le sol, alors que nous nous trouvons près du bord. Très près. Trop près. Nous sommes balancés de gauche à droite, la peur au ventre. La peur de glisser et de dévaler la plaine, même en roulant au pas. Et tandis que le chauffeur nous tape un brin de causette, je passe la demi-heure la-plus-longue-de-ma-vie, sans exagérer oui oui. Avant d’arriver saufs au spot, à 4350m d’altitude.



Nous descendons du 4x4. Première révélation. Entre fiction et hyper réalité, elle est là, la Serranía de Hornocal se dresse devant nous. Grandiose, majestueuse. Que dire d’autre ? Beaucoup de choses, mais rien ne sort de ma bouche. Et mon mutisme en dit long sur l’immensité du décor et la beauté du lieu.



Une chaîne de montagnes dont les strates sédimentaires ont donné avec le temps (et surtout l’érosion), un aspect en vagues, hautes en couleurs. Des pierres ocres, des reflets crème, jaunes, oranges, rouges. Il doit être entre 15 et 16h, le soleil tape fort à une telle altitude, mais je crois qu'il s'agit du meilleur horaire pour profiter au maximum de l'éclat des roches.




On distingue au loin le mouvement des nuages sur les montagnes. Et le temps s’est de nouveau arrêté. J’observe. J’écoute. Je respire profondément, en profitant d’un isolement bien mérité.





POURQUOI VOUS DEVRIEZ VOUS Y RENDRE ?

J’aimerai conclure en vous disant que ces paysages me donnent encore des frissons rien qu’à y penser. En arrivant à Humahuaca, je n’espérais pas y trouver autant de beauté, de dépaysement, et surtout, je ne pensais pas pouvoir y être aussi surprise. Les habitants sont chaleureux, les paysages ressourçants, et l'air pur. À l'heure où je vous écrit cet article, je suis face à mon mur, et je frémis à la simple idée qu'un jour, j'ai pu me trouver dans un espace aussi vaste.

Il existe différents spots où observer des chaînes de montagnes colorées en Argentine. Mais en arrivant à l’Hornocal, la vue panoramique qu’offre le lieu ne peut que vous couper le souffle. L’immensité du décor, son étendue, sa profondeur, et le caractère si brut de l’endroit hypnotisent. L’effet d’une claque.



Et vous alors ? Je suis curieuse, existe-t-il un endroit qui vous ait déjà donné autant de frissons ?

Seriez-vous prêt à aller voir cette merveille de vos propres yeux ? Je vous attends dans les commentaires,

Lili

237 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout